Newsletter

Salut chers amis de Smouty,

 

Vous êtes vous déjà demandés comment ça pouvait marcher le Smout ?

(C’est un peu long mais instructif ; merci de votre courage d’aller jusqu’au bout.)

Comment peut exister un festival qui dure depuis 12 ans, quasiment non subventionné, avec très peu de sponsors, pouvant inviter de très bons groupes devant un public de plus de 3000 personnes et tout cela gratuitement pour tous  ?

C’est tout simplement, d’abord, parce que les organisateurs sont des fous (j’ai fait le diagnostic, je suis un vrai médecin) ! Mais aussi surtout parce que beaucoup de gens nous aiment bien et sont aussi fous que nous.

Si l’on devait tout compter, un Smout devrait coûter près de 80.000 € ; en réalité, il nous coûte environ 35.000 € (en comptant la SACEM : le seul �’impôt” que tu payes sur ton chiffre d’affaires et non sur ton bénéfice et qui ne profite pas à ceux qui devraient en profiter! ).

Alors, comment fait’ on ? Rassurez-vous : Il n’y a pas de miracle !

•  Les groupes nous aiment bien, ils savent que nous les respectons, que nous n’avons pas beaucoup de moyens et ils nous font des prix sympas.

•  Nous avons pour amis des responsables régionaux et nationaux d’importantes entités (SNCF-TER , Carrefour , Crédit Mutuel Nord-Europe, Virgin Radio par exemple ). Qui nous aident pour le financement et la communication.

•  Le Pays C�ur de Flandre nous alloue entre 1000 et 2000 € ( cela fait 3 ans que nous n’avons pas de subvention du Conseil Général mais ce n’est pas tout à fait de leur faute et nous n’avons jamais rien eu du Conseil Régional. ).

•  Deux ou trois partenaires nous font des dons à hauteur de 5 à 6000 €.

•  La municipalité d’Hazebrouck nous accorde le site et nous aide magistralement avec ses moyens techniques et ses techniciens qu’elle met gracieusement à notre disposition.

•  Un catering agréable nous est fourni gratuitement par mon ami Eric que nous remercions pour toute l’aide qu’il nous a apporté depuis que nous nous sommes installés à Hazebrouck la toute première fois.

•  Une entreprise de transport ( Sprint Service ) nous prête camions et chauffeurs.

•  Grâce à un des organisateur ( J . F ) qui bosse dans une grande boite parisienne d’Evénements nous avons les lights gratuits, le son quasiment pour rien. Les différents techniciens sont des professionnels qui font partie de nos bénévoles. De plus, grâce à sa profession, J . F peut nous avoir la scène, son montage et son démontage à un prix �’étudié”.

•  Mais, comme vous pouvez vous en rende compte : ce n’est pas avec 2000 € de subventions, 15000 € de partenariat et 4000 € de recettes bars que l’on atteint les 35000 € nécessaires ! Et c’est là où est la plus grande particularité du Smout qui n’existe, sans doute, nulle-part ailleurs !!!

C’est alors que se manifestent deux ou trois mécènes qui aiment le festival et qui souhaitent le maintenir à flot contre vents et marées. Pour cela, ils n’hésitent pas à nous faire des dons qui ont déjà atteint plus de 15000 € dans les mauvaises années. Il faut savoir qu’ils ont droit, pour l’instant, à 60 % du montant de leur don en déduction fiscale directe. Mais nous sommes conscients que cela ne peut être éternel, surtout que cette loi de 2003 sur le mécénat culturel risque d’être considérée comme �’niche fiscale” par le Gouvernement et revue à la baisse.

 

Et bien voilà, vous savez tout ou presque tout ; le reste est plus difficile à écrire mais je me dois de le faire.

Normalement, cette année, c’est le 13 ème anniversaire du Smout .

13 : chiffre �’porte malheur” ? Pourtant, je ne suis pas superstitieux !

Et pourtant, voila ce qui nous arrive :

 

•  Aucune réponse, dans un premier temps à nos sollicitations de partenariat.

•  La belle maison de maître qui servait de catering est vendue, en travaux et ne nous est plus accessible ; 3 autres endroits pouvant faire l’affaire ne sont pas libres.

•  Il y a deux mois, J . F a l’opportunité de changer, légitimement, de boulot pour un autre, à l’étranger (actuellement en Inde) plus conforme à son potentiel professionnel. Le souci, c’est que, de DELHI, il ne peut assurer la gestion de notre programme de communication et il ne peut plus nous faire bénéficier des avantages financiers pour la scène, le son et les lights. Cette ligne de dépense budgétaire s’en retrouve multipliée par trois au moins.

•  Seul, un gros partenaire (crise oblige) nous répond favorablement mais beaucoup trop tard. Cette ligne de recette budgétaire est divisée par trois !

•  Je ne pense pas que nos généreux mécènes auraient multiplié leurs dons par six, rien que pour nous faire plaisir même s’ils sont toujours prêts à faire beaucoup pour nous !

Etant donnés tous ces problèmes, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais, nous, on s’est demandé jusqu’où pouvait aller la folie. Nous avons toujours été fous mais d’une folie raisonnable. La reconduction du Smout, cette année, relèverait d’une folie suicidaire et je ne pense pas, médicalement, que nous soyons aussi atteints que cela.

Nous en sommes bien tristes mais nous avons été dans l’obligation de décider, la mort dans l’âme, que le Smout 2010 n’aura pas lieu. C’est, pour nous, la décision la plus sage pour que nous continuions à exister.

Mais, nous tenons à dire �’au revoir” et non pas �’adieu” en étant respectueux de nos engagements : chaque groupe sera payé en fonction de ce qui lui a été promis. Même si aucun contrat n’a réelement été retourné signé ; il s’agit, pour nous, de contrats moraux qui valent à nos yeux plus que n’importe quel papier signé. Les groupes de la Scène Découvertes seront, eux aussi, défrayés et seront invités lors de notre prochaine date, s’ils sont disponibles. Nous savons que cela ne remplace pas un passage sur notre plateau cette année.

Quel sera l’avenir du Smout ? Nous n’avons pas la prétention d’être le Phoenix qui renait toujours de ses cendres, nous sommes, par contre, certains que le Lapin ressort toujours du chapeau !

Alors, à très bientôt à tous pour vivre, ensembles, de nouvelles aventures.

Nous ne sommes pas là pour vivre avec nos souvenirs (même si on a le droit de regarder les photos), nous sommes là pour nous en créer d’autres !

Bises de tous les Smouteux .

Le Doc